Imprimer

Introduction

HUG et Aumônerie musulmane 2008 – 2009


Depuis plus de dix ans, maintenant, il existe, au sein de l’Hôpital, une aumônerie musulmane. Cette aumônerie avait été créée par de jeunes médecins et étudiants en médecine, qui ont vu les besoins des patients mais avaient le souci de séparer les « casquettes ».

Pendant plusieurs années, Omar Seck a travaillé avec le Dr Slim Slama pour obtenir, de la part de l’ensemble des musulmans du canton, un consensus qui permette de créer une véritable aumônerie musulmane. En 2006 une convention de partenariat est signée entre les différentes associations musulmanes du canton et l’aumônerie musulmane – qui avait formalisé entre temps son existence en devenant une association à but non lucratif.

 

 

La Direction des HUG, ayant un partenaire reconnu par l’ensemble des différentes communautés musulmanes du canton, est entrée en discussion avec l’association « aumônerie musulmane ». En octobre 2007, grâce à la détermination du Dr Slim Slama et au soutien précieux de Nicole Rosset, secrétaire générale adjointe des HUG et en charge de toutes les questions concernant les relations entre les HUG et les différentes communautés religieuses du canton, un accord est signé entre l’association « aumônerie musulmane » et les HUG.

Si cela change beaucoup de choses du point de vue administratif et juridique, cela n’a pas immédiatement eu des répercutions sur le terrain. En effet, O. Seck a continué à soutenir, seul, les patients musulmans qui en faisaient la demande, sur tous les sites des HUG, tâche énorme s’il en est.

 

Avec la parfaite connaissance du terrain et les qualités humaines que tous lui reconnaissent, il a voulu s’adjoindre des auxiliaires, pour répondre à la demande grandissante des patients, des soignants et des familles. Dès la signature de la convention avec les associations et mosquées du canton, il a cherché, pour le seconder, des personnes ayant une solide formation, une conscience aigüe de leur responsabilité dans un lieu de soin, une discrétion absolue etc.

Nicole Rosset, en tant que représentante de l’institution hospitalière, a soutenu cette démarche et signé les demandes de badges HUG pour ces personnes, après avoir reçu l’assurance que la procédure d’octroi des badges avait été scrupuleusement suivie.